Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
LA VOIX DE NOSTERPACA

Taxe Kilométrique Poids Lourds : communiqué France Nature Environnement

5 Mai 2011 , Rédigé par nosterpaca Publié dans #DOCUMENT

 

 

Communiqué de presse

 

Mercredi 4 mai

 

Séminaire de France Nature Environnement sur la Taxe Kilométrique Poids Lourds : une politique de transports durables sur les rails

 

Le 3 mai s’est déroulé le séminaire organisé conjointement par France Nature Environnement et TDIE consacré à la Taxe Kilométrique Poids Lourds. Cette mesure qui découle de la Directive européenne Eurovignette, consiste à faire payer aux poids lourds le prix qu’ils coûtent.

 

Retour sur les principales conclusions de ce débat réunissant l’ensemble des acteurs du secteur des transports.

 

Europe : passer de pollué-payeur à pollueur-payeur

 

La Directive Eurovignette, complémentaire au niveau européen de la Taxe Kilométrique Poids Lourds, qui concerne le réseau autoroutier européen (RTE-T), est actuellement en cours de révision et devrait permettre la prise en compte de la pollution et du bruit. Elle concrétise l’application du principe de pollueur-payeur et s’appliquera sur les autoroutes françaises.

 

Pour Michel Dubromel, vice-président de France Nature Environnement : « Il convient dès aujourd’hui en s’inspirant du modèle européen, d’appliquer ce principe via la Taxe Kilométrique Poids Lourds sur les réseaux nationaux et locaux en renforçant le principe pollueur-payeur. » Il souligne aussi : « Grâce à ce levier, la France commence à se doter d’un des outils nécessaire à la mise en œuvre d’une politique de transports durables. L’Etat doit créer une offre de transports alternatifs efficaces et concurrentiels à la route. »

 

Une taxe pour mettre les camions au fer et à l’eau

 

La Taxe Kilométrique Poids Lourds constitue un des leviers d’une politique de transports durables. Elle permettra de favoriser le rééquilibrage entre les différents modes de transport de marchandises en permettant un report de la route vers le rail et le fluvial.

 

Les marges issues du produit de la taxe, au delà de ce qui sera dépensé pour l’entretien des réseaux existants seront directement versées à l’AFITF[1] pour le financement des infrastructures de transports. Elles contribueront donc à financer de nouvelles infrastructures nécessaires à ce report modal.

 

Enfin, elle agira directement sur la demande de transports. L’augmentation des prix sera absorbée par la réorganisation et l’optimisation des circuits de distribution. La taxe permettra donc, indirectement, de diminuer le nombre de kilomètres parcourus par camions.

 

L’Etat doit se donner les moyens du report

 

Si la Taxe Kilométrique Poids Lourds constitue un des outils permettant de réduire le nombre de camions sur nos routes, les conditions nécessaires pour assurer un transfert vers le rail ne sont aujourd’hui pas atteintes.

 

En 10 ans, le pourcentage du fret ferroviaire dans le transport global de marchandises a chuté de 50 % en France.

 

Pour Gérard Allard, expert transports de marchandises à France Nature Environnement : « Les conditions du réseau ferroviaire ne cessent de se dégrader. Les trains ne peuvent donc circuler qu’à 40km/h au lieu de 100km/h sur certains tronçons, ce qui explique la faillite du fret ferroviaire. Il est urgent que l’état réinvestisse la politique du rail. »

 

Pour Bruno Genty, président de France Nature Environnement : « Pour sortir du tout routier, les incantations et les promesses de campagne ne suffiront pas. Il faut mettre la main à la poche pour le rail et revenir sur 20 ans de délaissement. Avant de rêver à de nouvelles infrastructures, il s’agirait de rendre les voies existantes performantes.»

 

 

 


 

[1] Agence de Financement des Infrastructures de Transport Française

 

 

 

 

 

A mettre en lien avec le courrier du syndicat des cheminots de MIRAMAS qui tire la sonnette d'alarme sur le situation de FRET SNCF dans notre Région ...

 

 

 

Bonsoir,

 

La Direction Fret SNCF de Miramas appuyée par notre direction régionale basée à Lyon continue sa course dans la réduction des couts de production en diminuant la masse salariale par la suppression d'effectifs.

 

Bien évidement cela trouve ses limites .

 

Nous dégradons notre production quotidiennement à Miramas par manque d'effectifs ( trains supprimés, en retard).

 

Nous nous retrouvons dans des situations ubuesques, comme par exemple à Avignon ou nous sommes dans l'incapacité de reprendre un chantier gagné à la concurrence faute de personnel ( besoin de 4 agents!!)

 

L'annonce médiatisée de 8000 recrutements à la SNCF est réduite à zéro pour sa branche fret, contrairement aux exigences du grenelle de l'environnement.

 

Pour la Cote d'azur:

 

Notre direction va annoncer au CHSCT du 23 mai 2011 la fermeture du dernier point fret présent sur la cote entre Vintimille et Marseille , soit 450 kms sans présence de Fret SNCF !!

 

Le résultat va être une paralysie du développement du Fret sur cet axe ou se trouve de l'autre coté de la frontière de multiples opérateurs ferroviaires. A moyen terme une inter opérabilité était pourtant envisagée dans notre activité sur le site de Cannes .

 

Nous rappelons que c'est le dernier site ou nous pouvons intervenir ( impossible en Italie).Après l'abandon du wagon isolé sur cette zone géographique c'est " l'estocade finale".

 

C'est donc une erreur de stratégie car le potentiel de transport marchandise est réel et la présence d' opérateurs ferroviaires à la frontière exigerait un positionnement stratégique fort de la SNCF.

 

Nous avons fait la proposition de laisser 2 agents à Cannes qui assureraient des missions sur Vintimille, la cote et sur le trafic militaire, la direction refuse.

 

Nous savons que la mairie de Cannes s'est positionnée pour acheter ces terrains appartenant à Fret SNCF et qui sont en bordure de littoral....

 

Si nous partons , nous risquons d'avoir de très grosses difficultés s'il fallait y revenir ( voir l'exemple récent d'Avignon).

 

Nous savons que vous êtes à nos cotés pour le développement du trafic ferroviaire sur cet axe , assuré par Fret SNCF , avec des projets concrets comme le percement du tunnel Montgenèvre.

 

La décision de Fret SNCF va à l'encontre de cela.

 

Nous vous demandons d'intervenir le plus rapidement possible auprès de notre direction pour qu'elle abandonne son projet .Merci par avance.

 

Syndicat CGT cheminots Miramas

 

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

eric brucker 05/05/2011 19:15


Un grand bravo à Michel Dubromel et Gérard Allard pour leur ténacité dans l'avancement de la mise en place de cette redevance PL !Que de chemin parcouru depuis les premières études sur la RPLP
suisse auxquelles Fare-Sud a activement participé !

Pour le nouveau président de FNE: Attention à éviter les simplifications abusives - Si effectivement la valorisation des infrastructures existantes doit être un souci prioritaire logique, cette
valorisation peut nécessiter des investissements nouveaux!
C'est notamment le cas du tunnel de base du Montgenèvre qui peut seul désenclaver une ligne en cul de sac entre la région PACA et le Piémont-Lombardie, et booster les modernisations de lignes en
aval pour répondre aux besoins économiques ainsi débloqués !


nosterpaca 06/05/2011 07:22



En l'occurence, le percement du tunnel ferroviaire sera l'aboutissement d'une infrastructure construite au 19 éme siècle !