Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
LA VOIX DE NOSTERPACA

SNIT version 2 : NOSTERPACA ne se résignera pas

3 Février 2011 , Rédigé par nosterpaca Publié dans #DOCUMENT

 

 

Constatant l'absence de la percée ferroviaire sous le Montgenèvre dans la version 2 du SNIT, le Président de NOSTERPACA a demandé au Président de la Région de présenter un dossier argumenté pour obtenir l'inscription de ce projet en profitant de la consultation lancée par le ministère.

 

 Nous communiquons un extrait du courriel adressé à Michel Vauzelle :

 

.. Cependant, vous n’ignorez pas, Monsieur le Président, que le RTE-T prendra mieux en compte les desiderata de notre Région à la condition que les propositions en matière de Transport soient d’abord adressées au National. Or dans le projet du SNIT1 de Juillet 2010, qui déterminera le choix des infrastructures pour les 20 à 30 ans à venir, ne figure pas cette percée ferroviaire ; pas plus d’ailleurs dans le projet du SNIT2 …...

….........Pourquoi ne pas saisir de l’opportunité du SNIT 2ème mouture pour rédiger un document technique, accepté ou pas par Paris, mais qui aura le mérite d’exister et de nous rendre enfin crédible? Il en va de l’avenir économique non seulement des Hautes Alpes, et des Alpes Maritimes qui “s’étranglent” à Vintimille, mais de toute la Région, avec le GPMM et le triage de Miramas. Car aujourd’hui, notre Région ne sert que de transit aux PL qui polluent via l’A8, ce qui ne correspond pas du tout au Grenelle de l’environnement, ni au développement durable …..

 

…..Cette percée correspond, à notre sens, à une amélioration considérable pour le transport des voyageurs, offrant une accessibilité efficace et rapide au parc touristique franco-italien des Alpes du Sud depuis les grandes agglomérations françaises et italiennes, un accroissement des échanges régionaux et une amélioration sensible du cadre de vie local, enfin, un positionnement européen efficace en matière de fret, avec la création d'un axe nouveau (Espagne - Italie du Nord – Europe de l'Est, et du GPMM ) via le triage de Miramas, la Bifurcation de Cheval-Blanc, Pertuis, Manosque, Gap et Briançon ...

 

Quoiqu'il en soit, NOSTERPACA ne se résigne pas et poursuivra son action avec la plus grande détermination.

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Jacques DEMOULIN 11/02/2011 21:52


Il faut être réaliste, pour que la ligne du Val de Durance soit apte au fret, des travaux considérables devraient être faits, bien au delà de ceux actuellement envisagés par RFF et même s'ils sont
faits l'itinéraire ne sera jamais performant par rapport aux autres itinéraires(pentes, dénivellé totale, vitesses..) De plus il ne faut pas oublier les nuisances engendrées ; la Région a plus a
gagner de protéger son environnement qu'à créer un nouvel itinéraire de fret, sauf bien entendu le ferroutage entre Chorges et Turin, complément d'A51 qui permettrait de supprimer les PL en transit
dans le Nord des HA.
La liaison Briançon - Italie est un chainon manquant indispensable pour la survie du Val de Durance ; l'objectif de désenclavement, pour les voyageurs, est bien plus important que l'acheminement du
fret pour lequel d'autres itinéraires sont plus performants et disponibles...


Jacques DEMOULIN 10/02/2011 21:17


Au sujet du projet de SNIT, j'espére que vous avez remarqué que l'axe Valence - Grenoble - Montmélian y est noté "axe fret". Cet itinéraire aujourd'hui en cours de modenisation n'est plus long de
quelques km que celui par Briançon pour un trajet Montpellier - Turin et sera nettement plus court avec la réalisation du Lyon - Turin. Autant Briançon - Italie est absolument indispensable pour la
survie des Htes Alpes, autant il faut arrêter de rêver sur un axe "fret" dans le Val de Durance qui est inutile, peu performant et même redouté par certains élus locaux...


nosterpaca 11/02/2011 17:34



Nous ne voyons pas ce qui vous conduit à parler d'axe fret. La voie ferrée est mixte. Quant à recommander l'utilisation d'un axe contournant PACA, nous préfèrons privilégier les
investissements qui attirent les flux économiques et donc les emplois dans notre région plutôt que de systématiquement favoriser les investissements des régions voisines et économiquement
concurrentes.