Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
LA VOIX DE NOSTERPACA

GPMM : Le port calcule son empreinte carbone

11 Février 2011 , Rédigé par nosterpaca Publié dans #DOCUMENT

 

Communiqué de Presse du GRAND PORT MARITIME DE MARSEILLE

 

Dans le cadre du projet européen CLIMEPORT, le port de Marseille Fos a calculé l’empreinte carbone du passage portuaire dans ses installations, un état zéro qui lui permettra d’évaluer l’efficacité environnementale de futures actions d’amélioration à mener par le port et les acteurs du passage portuaire (armateurs, manutentionnaires, pilotage, remorquage, lamanage).

 

Ainsi, le port émet 304 kilotonnes équivalent CO² sur une année dont 85% proviennent des émissions des navires. Sur la même période, il consomme l’équivalent de 109 kilotonnes de pétrole dont 73% sont utilisés pour la propulsion et les besoins à bord des navires.

 

Ce premier modèle établi pour l’ensemble des installations, à Marseille et à Fos, est inédit parmi les ports français. Il a été conduit dans le cadre du projet européen CLIMEPORT dont l’objectif depuis son lancement mi-2009, est de savoir calculer les émissions des ports méditerranéens sur l’environnement puis de mettre en œuvre des « bonnes pratiques » pour réduire leurs impacts sur le changement climatique.

 

Aux côtés des ports de Valence, Algésiras, Livourne, Koper et Le Pirée, le port de Marseille-Fos déterminera et évaluera dans les deux phases suivantes du projet CLIMEPORT, les meilleures solutions de réduction de son empreinte carbone.

 

Les partenaires du projet CLIMEPORT se retrouveront d’ailleurs à Marseille pour le prochain comité de pilotage en mars 2011.

 

 

 

Vous pouvez compléter votre information sur le sujet maritime avec les liens suivants :

Conflits d'usage

http://www.allianceverte.org/enjeux/conflitsdusage.htm

 

Dangers du trafic maritime sur la biodiversité marine en Méditerranée

http://www.iucn.org/fr/propos/union/secretariat/bureaux/iucnmed/programme_uicn_med/programme_marin/trafic_maritime/

 

 

Commentaire NOSTERPACA : C'est une évolution importante, les nuisances issues du transport maritime restent à ce jour très peu mesurées. Il serait également intéressant d'avoir une vision plus globale en liant le bilan carbone avec les mouvements générés par l'activité du GPMM. Une kyrielle de poids-lourds circulent et rien ne semble pouvoir limiter la croissance de la part de la route. Pourtant l'alternative modale existe, elle suppose une infrastructure ferroviaire adaptée mais aussi une capacité d'organisation de la production des trains qui tarde à faire la preuve de son efficacité. 

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Jacques DEMOULIN 11/02/2011 16:41


La direction du GPMM ferait mieux de s'occuper d'autres choses....plus il y a de gréves moins l'empreinte sera importante....BRAVO