Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
LA VOIX DE NOSTERPACA

Approches différentes sur le LYON-TURIN = débat en vue ?

9 Février 2011 , Rédigé par nosterpaca Publié dans #DOCUMENT

 

 

Un colloque a eu lieu samedi 05 février 2011 en Savoie sur le thème du Lyon-Turin :

 

LIAISON FERROVIAIRE TRANSALPINE : Chantier du siècle mais de quel siècle ?

 

Le compte-rendu qui nous est parvenu - à lire en suivant le lien : http://cabanel.7duquebec.com/ - donne une tonalité assez discordante avec le discours officiel. L'auteur manifeste peu de compassion avec les syndicalistes mais un certain nombre d'informations apportées sont tout de même intéressantes et à considérer. La lecture de son texte éclaire en effet quelques points que les plus ardents défenseurs du LYON-TURIN tiennent à maintenir dans l'ombre.

En particulier, si certains décideurs économiques ou politiques en Région PACA persistent à espérer que les trafics fret transitant actuellement par notre littoral soient captés par le LTF, ce compte-rendu confirme qu'ils devront patienter encore quelques belles années pour constater leur erreur d'analyse.

Plus sérieusement, cette discussion confirme que la théorie de la techno-structure du Ministère de l'Environnement, du Développement Durable, des transports et du logement qui consiste à soutenir que le Montgenèvre ne peut venir qu'après la réalisation du Lyon-Turin mérite un débat public et transparent.

 

 Pour sa part, NOSTERPACA continue de s'appuyer sur le rapport IGF/CGPC de février 2003 qui explique : "la mission estime que ces trafics sont peu concurrents de ceux de l’ensemble Maurienne et Mont Blanc et ne doivent donc pas être retenus dans le périmètre considéré. Ainsi les trafics passant au sud du Fréjus, au Montgenèvre et à Vintimille, sont d’origines et destinations différentes."  

Et d'affirmer que la liaison ferroviaire Marseille-Turin est indispensable :

le couloir Val de Durance - tunnel du Montgenèvre constitue une branche complémentaire de l'axe prioritaire européen AP 6 (plaine du Pô). C'est le maillon manquant du corridor européen n° 5 Lisbonne – Kiev dans les Alpes du Sud. Grâce à son orientation sud ouest – nord est, ce couloir permet d'assurer simultanément plusieurs liaisons essentielles en débouchant au nord sur le secteur Turin – Novare – Milan. Il offre une liaison ouest-est entre l'AP 3 (Espagne – Languedoc) et l'AP 6 (plaine du Pô) ainsi qu'une liaison sud nord entre les zones logistiques méditerranéennes françaises et l'AP 24 (tunnels suisses). C'est l'alternative modale au tout routier sur le littoral méditerranéen.

 

Vous trouverez un point de vue en défense du LYON-TURIN avec le lien :

http://www.lavoixdesallobroges.org/environnement/167-face-a-face-louis-besson-jean-martinetti-sur-le-lyon-turin

 

Pour que le débat s'instaure, plus que jamais, signons et faisons signer notre pétition : http://9262.lapetition.be/

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Jacques DEMOULIN 11/02/2011 16:33


Il ne faut pas tronquer les citations...L Besson a dit que Montgenèvre était une réponse du XIXème siècle pour le fret, en raison de son altitude...mais la LFBI est tj considérée comme iremplaçable
pour le désenclavement des HA en matière de voyageurs.


nosterpaca 11/02/2011 17:34



Nous vous remercions de cette précision.



Jacques DEMOULIN 10/02/2011 21:07


Etant présent le 5 Fév à St Jean de Maurienne, je suis très étonné des liens que vous diffusez pour informer vos lecteurs.
Ce que vous ne dites pas c'est que les grands élus savoyards présents se sont tous prononcés pour la liaison Briançon - Italie...complément du Lyon - Turin et en rien concurrent...


nosterpaca 11/02/2011 15:35



Nous sommes preneurs de toute autre source d'information à propos de cette réunion. En attendant, selon Louis Besson ancien ministre et président de la délégation française dans la
commission intergouvernementale franco-italienne (CIG) : [le mont Genèvre est ] .... une réponse du xixe siècle ..... NOSTERPACA défend un point de vue différent. Le débat
doit s'instaurer en toute transparence.