Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
LA VOIX DE NOSTERPACA

Débats sur les transports en réunion plénière du Conseil régional

26 Octobre 2010 , Rédigé par nosterpaca Publié dans #Mémento réunion

 

Deux délibérations présentées lors de cette session du conseil régional tenue le vendredi 22 octobre  intéressaient particulièrement notre association :

  • Rapport sur le Schéma National des Infrastructures de Transport (SNIT)

  • Rapport sur la situation des Trains Express Régionaux (TER)

L'importance donnée au second dossier devait être manifestée par la présence dans l'hémicycle du Président Directeur Général de la SNCF, Guillaume PEPY. Les conditions particulières du moment n'ont pas permis cette venue que le Président VAUZELLE a toutefois confirmé pour une date prochaine.

 

Concernant le Schéma National des Infrastructures de Transport (SNIT), le Président VAUZELLE a rappelé les priorités régionales dont la percée ferroviaire du Montgenèvre et le soutien sur ce dossier du Ministre ESTROSI acquis lors de la signature des CPER 2007/2013.

 

Jean-Yves PETIT, Vice-Président en charge des transports et de l'éco-mobilité, est intervenu pour rappelé que la région n 'avait pas été consultée à ce jour.

Il a également dénoncé le manque d'ambition de l'avant-projet présenté par le gouvernement pour une région dont les infrastructures sont saturées et donc la nécessité de voir ce projet évolué.

Concernant la LGV, il faut intégrer les transports régionaux.

A propos de la percée du Montgenèvre, Jean-Yves PETIT a rappelé plusieurs éléments de ce dossier :

  • il y a consensus dans notre région pour sa réalisation ;

  • c'est un maillon indispensable dans un schéma de transport ;

  • la Directive Territoriale d'Aménagement des Bouches-du-Rhône adoptée en 2007 qui a fait l'objet d'une validation en conseil d'état s'impose à tous ;

  • le Comité Interministériel d'Aménagement du Territoire (CIAT) du 2 février 2009 mentionne ce projet ;

  • enfin, les contrats de projets État/région 2007/2013 prévoient le financement d'études ;

Le gouvernement doit tenir les engagements pris dans ces cadres et doit amender son projet de SNIT.

La représentation UMP est intervenue pour dénoncer l'absence de priorités affirmées par l'exécutif régional et justifier ainsi la non inscription du Montgenèvre par les structures nationales.

Pour « Europe Écologie » Laurence VICHNIEVSKY s'est appuyée sur l'avis de l'Autorité Environnementale pour dénoncer le manque de travail du Ministère de l'Environnement et du Développement Durable et des collectivités Territoriales dans l'élaboration de l'avant-projet de SNIT. Elle a rappelé les besoins d'amélioration de la desserte ferroviaire du GPMM, de réalisation de la liaison du Montgenèvre et l'attente de réponse pour les TER. L'intervenante suggère en épilogue de manifester la volonté régionale plus fortement.

Le Président VAUZELLE a conclu par la formule « Nous n'avons pas été entendu ».

La délibération a été approuvée avec intégration d'un amendement présenté par le groupe « Europe Ecologie » visant à réduire le développement routier.

 

Autre point abordé, l'amélioration des services TER revêt une grande importance pour la région.

Un protocole d’accord et de transaction entre la Région et la SNCF a été établi en règlement des litiges accumulés depuis plusieurs années. Il s'agit de la traduction concrète d'engagements pris par le PDG de la SNCF dans son bureau à Paris, devant le Président de la Région PACA. Ce dernier a présenté le dossier en rappelant la dégradation du service offert par la SNCF ces dernières années et la réaction de l'Autorité Organisatrice régionale. En février 2008, la Région a décidé unilatéralement de doubler les pénalités, décision contestée par la SNCF.

Sur la base d'un rapport qui démontre la rupture du service public, la SNCF a élaboré un plan d'actions « PRIORI T » pour redresser la situation. C'est une solution de sortie de crise. Ce protocole d'accord est une étape vers un retour d'objectifs de qualité, un gage de confiance.

 

 

Jean-Yves PETIT, Vice-Président délégué aux Transports et à l'éco-mobilité s'est félicité de ce protocole d'accord. Il a rappelé les attentes très fortes des usagers, salariés, étudiants et globalement de toute la population régionale. Il a également adressé des remerciements aux associations qui assurent une véritable veille sur le service effectué par la SNCF.

De ce point de vue, il souhaite que l'ensemble des participants aux Comités de lignes puissent s'approprier le contenu du protocole d'accord.

Il indique que le plan de redressement SNCF est aussi le résultat d'une forte implication des cheminots car l'entreprise est mobilisée dans toutes ses activités :

- gestion des aléas ;

- maintenance de l'infrastructure ;

- gestion du personnel, créations d'emplois ;

- maintenance du matériel ;

- sûreté ;

- fraude ;

- relations sociales.

L'UMP s'est abstenue lors du vote sur ce dossier, après avoir dénoncé l'absence de Guillaume PEPY comme un signe de mépris et résumé ses doutes par une question « comment avoir confiance ? »

 

Nota : nous publierons prochainement un extrait du programme de redressement « PRIORI T » sur ce blog.

 

 

Commentaires de NOSTERPACA :

Nous avons constaté que l'ensemble de la classe politique défend notre demande de voir inscrit le tunnel ferroviaire du Montgenèvre dans le projet gouvernemental de Schéma National d'Infrastructures de Transport. C'est une satisfaction d'entendre notre argumentation reprise dans les débats régionaux mais aussi nos remarques sur la nécessité d'exprimer des choix prioritaires.

La délibération votée au niveau régional, il faut aller plus loin. C'est ce que fera notre association en poursuivant son action auprès des élus de la représentation nationale. A ce jour, quatre rencontres sont prévues avec des parlementaires de la région (1 PC, 1 PS et 2 UMP)

A propos du plan de redressement TER PACA, notre vigilance doit être totale dans les mois à venir. Sur ce dossier encore, les dispositions prises par la SNCF démontrent que l'éclatement de l'entreprise est un non sens économique puisque une partie des solutions mises en oeuvre consiste à reprendre des organisations antérieures. Et nous voyons bien que les procédures contractuelles entre activités alourdissent inutilement l'appareil productif.

Nous continuerons de dénoncer un gaspillage payer par les usagers et plus globalement les citoyens pour des motifs idéologiques favorisant une soi disant concurrence.

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Bernard RAYBAUD 27/10/2010 00:23


En tant que membre du Conseil d'Administration de Nosterpaca, je suis content de voir qu'ENFIN les politiques daignent jeter un oeuil plus ou moins bienveillant sur notre projet phare. Mais je
constate que là ou l'on s'estime heureux de voir que "l'ensemble de la classe politique défend notre demande de voir inscrit le tunnel...", j'ai tendance (j'espère trop négativement) à ne voir que
les clans politiques qui se défendent chacun d'être responsable de l'actuel absence de ce projet dans le schéma du SNIT, trop contents de se renvoyer la balle et Paris en profitant, accusant les
carences de tel ou tel intervenant, alors que pour moi, ces carences sont de tous les intervenants politiques impliqués qui ne se sont en aucun cas intéressés réellement à notre projet avant que
les puissants remous que notre association a créé ne viennent quelque peu ternir le vernis de leurs chaussures. Basta de ce passé tous coupables! Maintenant au travail avec toute la volonté et les
moyens nécessaires de tous...Y compris de l'UMP qui visiblement -et probablement sur ordre- regarde passer les coups et compte les points sans se mouiller. Allez Messieurs, montrez nous un peu
votre vrai engagement pour l'intérêt public que vous avez en charge!
Et comptez sur nous pour vous rappeler à vos devoirs.
(désolé d'être aussi peu consensuel, mais c'est que je ressens et j'ai ma liberté d'expression)


nosterpaca 27/10/2010 08:21



Notre association poursuivra modestement mais de façon résolue son action auprès de l'ensemble des décideurs. Seul le résultat compte, il est à notre portée si la classe politique régionale est
capable de porter le dossier du Montgenèvre en mettant en avant les bénéfices pour notre région et l'ensemble de sa population. Nous souhaitons également que le plus grand nombre d'associations
s'emparent de ces enjeux. La pression doit s'accentuer à tous les niveaux d'ici fin 2010.