Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Rencontre franco-italienne

La voix de NOSTERPACA

Depuis la tempête Alex, la ligne ferroviaire Nice-Breil-Cuneo a prouvé son rôle vital pour la Roya. Si bien que France et Italie souhaitent lui offrir une seconde jeunesse.

 

Une conférence intergouvernementale franco-italienne a été organisée lundi 30 novembre en visioconférence. Au menu: la ligne ferroviaire le matin, l’avenir du tunnel de Tende l’après-midi. Deux enjeux majeurs pour l’avenir d’une vallée mise à rude épreuve.

DEUX VOISINS PRÊTS À PARTAGER LES FRAIS

Ce n’est encore qu’un accord verbal, mais la délégation italienne l’a assuré ce lundi: elle est prête à participer à parts égales aux investissements sur la ligne Nice-Breil-Cuneo, côté français.

À condition de tomber d’accord sur les objectifs et le calendrier.

Ainsi, l’Italie financerait 50% des travaux visant à "sécuriser le tunnel du Paganin et retrouver une vitesse digne d’un moyen de transport", explique Philippe Tabarot.

La Région Provence-Alpes-Côte d'Azur avait, déjà, décidé de prendre à sa charge les investissements sur la partie basse de la ligne, entre Nice et Breil. France et Italie pourraient donc se partager l’addition sur la partie haute, entre Breil et Tende. "Le coût est estimé à 160 millions d’euros pour les dix prochaines années... sous réserve de ce qui a pu découler de la tempête", précise le conseiller régional.

LA CONVENTION DE 1970 ENFIN RÉVISÉE

C’était un héritage de l’après-guerre, dans lequel plus personne ne se retrouvait vraiment. La convention franco-italienne de 1970 sur la ligne Nice-Cuneo va être révisée. C’est ce texte qui en régissait les règles de maintenance et d’entretien. Et qui imputait la facture à l’Italie.

"Les discussions entre France et Italie sont terminées. Il y a un accord pour la faire évoluer", applaudit Philippe Tabarot.

Le principe: "Répartir les coûts d’exploitation entre les régions, au prorata du nombre de circulations". Mais avant cela, il faudra légiférer.

Objectif: une nouvelle convention pour 2022.

L’ÉTAT MET 10 MILLIONS POUR GÉRER L’URGENCE

Le secrétaire d’Etat aux transports, Jean-Baptiste Djebbari, a annoncé le déblocage de 10,5 millions d’euros pour rétablir la ligne Nice-Breil-Cuneo début 2021. Et tenir ainsi le calendrier annoncé par SNCF Réseau.

La ligne a été fortement endommagée par la tempête. Le ministère des transports évalue la facture des travaux à 20 millions d’euros.

L’État est donc prêt à en prendre une bonne moitié à sa charge. 10,5 millions seront apportés "dans le cadre du plan de relance, 7,5 millions par la Région Provence-Alpes-Côte d'Azur et 2 millions par le Département des Alpes-Maritimes".

La tempête a rendu inaccessible le tronçon entre Saint-Dalmas et Tende. Depuis le 27 novembre, le trafic en provenance de Nice s’interrompt même dès Fontan, à nouveau. Son pont à arcatures exige d’importants travaux de confortement.

L’objectif de SNCF réseau reste de rétablir la ligne complète le 18 janvier 2021 - sauf nouvel aléa. Selon Jean-Baptiste Djebbari, l’opération permettra de "revenir aux conditions de circulation qui prévalaient avant le passage de la tempête Alex".

Le secrétaire d’État admet que "le rétablissement de cette ligne de vie pour tous les habitants de la vallée est une priorité absolue, alors que les routes ont subi des dégâts considérables qui nécessiteront des réparations plus longues".

C’est l’un des effets collatéraux de la tempête Alex: après les années vaches maigres, le vent a tourné pour la ligne Nice-Cuneo.

À propos
NOSTERPACA agit en faveur de transports publics fiables, performants, efficaces en Région Provence Alpes Côte d'Azur. Association loi 1901 n° W 133014919 .