Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Fret ferroviaire : évitons la voie de garage…

La voix de NOSTERPACA

La conférence sur le fret ferroviaire, mise en place par le ministre des Transports depuis l’automne 2013, termine sa première phase de travaux. Organisée avec les différents acteurs du transport, son objectif était de définir des mesures concrètes à mettre en place rapidement et à moindre coût pour relancer un mode de transports à la dérive depuis de nombreuses années. Les enjeux sont multiples, pour l’environnement comme pour l’économie et, suite aux annonces du ministre, les attentes de résultats immédiats et concrets sont fortes. Explications de France Nature Environnement.

Stopper le déclin

Le déclin du fret ferroviaire est plus que préoccupant en France, alors que chez nos voisins allemands et britanniques, il est en progression depuis plusieurs années. L’objectif de la France était d’atteindre 25 % de fret non routier d’ici 2022 alors qu’il ne représente aujourd’hui que 10% des marchandises transportées. Malgré une succession de plans de relance, la situation n’a cessé de s’aggraver depuis 10 ans. Cette nouvelle initiative doit absolument stopper ce déclin et relancer une fois pour toutes le fret ferroviaire, pour le bénéfice de la société dans son ensemble.

L’Etat doit s’engager

Depuis près de trois mois, acteurs économiques et industriels confirment que le développement du fret ferroviaire est un projet réaliste et réalisable. Cependant, l’incertitude actuelle qui demeure en ce qui concerne les engagements de l’Etat ne favorise pas l’investissement et le renouveau pourtant nécessaires dans ce secteur.

De nombreuses décisions gouvernementales ont même ces derniers mois contribué à l’aggravation de la situation. Certaines pénalisent directement le ferroviaire, telles que l’absence de remboursement des péages fret. D’autres donnent un avantage supplémentaire et concurrentiel à la route par rapport au rail : généralisation des camions de 44 tonnes, remboursement de certaines taxes sur le gasoil et la baisse de la taxe à l’essieu. Enfin, la suspension de l’écotaxe à la veille de sa mise en place menace la pérennité de certaines infrastructures ferroviaires de desserte des territoires avec la réduction de 50% des engagements de financements de Réseau Ferré de France. L’Etat doit s’engager clairement, au-delà des intentions régulièrement exprimées, en faveur du ferroviaire pour assurer enfin le transfert de la route vers ce mode alternatif beaucoup plus vertueux.

Pour un mode fiable et attractif

Les conditions visant à relancer le fret ferroviaire ne sont aujourd’hui pas réunies. L’Etat doit intervenir pour fiabiliser le fret ferroviaire afin de le rendre attractif et de développer les parts de marché de ce mode de transport.

Pour Michel Dubromel, responsable politique du réseau Transports et Mobilités Durables de France Nature Environnement : « La relance du fret ferroviaire est au cœur des enjeux économiques, sociaux et environnementaux de notre pays. Elle permettra de redynamiser une filière industrielle et de créer de nombreux emplois. En lançant enfin le report de la route vers le rail, elle réduira notre dépendance aux énergies fossiles et inscrira la politique de la France en matière de transports dans la transition énergétique. Alors que le projet de loi de programmation sur la transition énergétique doit être remis au Parlement avant l’été et que la France s’est portée candidate pour accueillir la 21ème conférence des Nations Unies sur le changement climatique, le gouvernement doit se montrer cohérent et exemplaire ».

 

À propos
NOSTERPACA agit en faveur de transports publics fiables, performants, efficaces en Région Provence Alpes Côte d'Azur. Association loi 1901 n° W 133014919 .