Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

4ème Conseil de Développement pour la percée ferroviaire du Montgenèvre

La voix de NOSTERPACA

 

VOIR LOIN, PARLER FRANC, AGIR FERME
Pierre de Coubertin

4ème Conseil de Développement pour la percée ferroviaire du Montgenèvre

Lundi 25 novembre 2013 s’est tenu à Digne-les-Bains - au Centre Desmichels – le 4ème Conseil de Développement organisé par le Conseil Régional Provence-Alpes-Côte d’Azur.

Ont été exposés les derniers résultats des études techniques, concernant la percée ferroviaire du Montgenèvre, notamment sur les incidences environnementales et le bilan socio-économique de chaque scénario : A, B1, B2, B3, B4 et C; Les conclusions de l’’étude ont également été présentées dans la perspective d’’une demande de saisine par l’État de la Commission Nationale du Débat Public.

A la tribune, autour de M. Jean-Yves PETIT, Vice-Président Transports publics régionaux et éco-mobilité et de M. le Député Joël GIRAUD, (Maire de l’Argentière-la-Bessée), Vice-Président Action régionale pour le Massif Alpin, avaient pris place d’un côté M. le Député Gilbert SAUVAN, Président du Conseil Général des Alpes de Hautes-Provence, et M. Serge GLOAGUEN, Maire de Digne-les-Bains et de l’autre : M. Jean-Christophe LEYDET, Chargé de mission LGV PACA au Conseil Régional, et les techniciens d’ARCADIS (Sté d’ingénierie, de Conseil et de Gestion de projets), avec Messieurs DERMSROPIAN & DUFRENE.

- Dans la salle, Mme Colette CHARRIAU, Urbanisme DIGNE & Conseillère Régionale habitat & logement et M le Sénateur Pierre BERNARD-REYMOND ...

M. Jean-Pierre HUCHON, Conseiller PCAT Provence-Alpes est venu à la tribune exposer  son analyse sur le maillon manquant du réseau transeuropéen dans les Alpes du Sud, citant les deux points principaux en bout de ligne ou presque avec la percée du Montgenèvre au Nord et la Bifurcation de Cheval-Blanc au Sud, nœud stratégique où la LGV croise la ligne classique ...

Il a déploré le manque de coordination de ce type de réunion, qui, avec les absents excusés comme Mme Christine NIVOU, Conseillère Régionale et Maire de VEYNES ou le représentant de RFF (malade), a créé de trop nombreuses défections : Assises du Développement Durable à Marseille, Chambre de Commerce et d’Industrie en réunion dans les Hautes-Alpes ...

- Dans la salle, les interrogations ont fusé; Celle du Sénateur des Hautes Alpes M. Pierre BERNARD-REYMOND, qui a affiché son soutien bien sûr, mais aussi son pessimisme sur la mise en œuvre et la réalisation de ce projet, insistant, comme l’avait fait M. HUCHON, non sur la technique du dossier bien peaufiné par ARCADIS, mais sur la volonté politique de l’État et de l’Union Européenne (RTE-T).

- L’association ALAS - Accès libre en Alpes du sud - a exposé son point de vue sur la ligne du Val de Durance avec la réouverture Digne-st Auban et la liaison Sud, dite de Cheval Blanc, pour l'accès de la LGV, puis le percement du tunnel du Montgenèvre; Le plus difficile étant de parvenir à convaincre les décideurs et les acteurs économiques de leur intérêt "pour un développement harmonieux des Alpes de Haute-Provence"; C’est en tous les cas le leitmotiv de nos Amis Henri PIN, Lucien MAZZELLA, Robert GLEIZE, Norbert FOLLI.

L’association ABOUTIR (M. DEMOULIN) a insisté sur la réduction des nuisances dues aux PL dans la traversée du Département 05 et au désenclavement des Hautes-Alpes.

Gilbert SOULET est intervenu en déplorant l’absence de SNCF et RFF, mais encore celle du Port de Marseille (GPMM) intéressé pourtant par son trafic de conteneurs depuis Fos-Lavalduc en utilisant le triage de Miramas (qui a un grand besoin de valorisation) pour rejoindre Milan via la Bifurcation de Cheval-Blanc et la percée du Montgenèvre, car le trafic PL qui encombre et pollue les départements 13, 83 et 06 pour s’étrangler à Vintimille, ne sera pas compensé par la seconde ligne ferroviaire Lyon-Turin.

Mme Frédérique REFFET, représentante de l’État (DREAL) pour l’Animation politique transports & déplacements a conclu la matinée à 13h30 en revenant sur l’Égalité des territoires, la sécurisation des itinéraires, et le périmètre de réflexion sur les Hautes-Alpes

Pour prendre connaissance de la présentation de Jean-Pierre HUCHON :

brucker 07/12/2013 19:09

Le powerpoint de JP HUCHON illustre éloquemment l'éclatement du consensus qui régnait en faveur de la solution permettant le frêt lourd , cheval-blanc turin par l'Avance , ici baptisée B4, qui semble condamnée par le discours dominant en faveur d'une floraison de solutions, a priori moins coûteuses , mais qui ne répondent guère qu'à des préoccupations purement locales.
Je suis assez stupéfait par l'enterrement de cette solution B4 sans examen préalable de l'éventualité de son fonctionnement à pleine capacité technique, avec trains en rafale-double stack etc et de la rentabilité qui pourrait en résulter!
Il est clair que si ne circulent que 4 trains de frêt par jour, comme affirmé semble-t-il dans l'étude actuelle, le coût de cette solution est exorbitant....mais le rail est le seul mode de transport dont les coûts sont pour l'essentiel fixes ...donc tout trafic supplémentaire couvre une partie important de ses coûts fixes...et, au delà du point mort...c'est tout bénef !
Il conviendrait donc de pouvoir étudier le scénario d'un fonctionnement à pleine capacité en captant une partie du trafic de Vintimille en explosion constante.
Pour cela il faudrait dans un premier temps connaître le tonnage et le nombre de PL qui passent par Vintimille et poursuivent leur route sur Turin et au-delà Milan etc.
En supposant que le passage par le Montgenèvre, plus court, soit pour eux gratuit, ils n'hésiteraient guère!
Connaître ces chiffres est indispensable pour pouvoir construire une première esquisse d'un scénario crédible.
Je les ai demandé à un ami bien placé pour être bien informé ...qui n'a pas encore eu le temps de se les procurer .
Si quelqu'un dispose de ces chiffres je suis donc preneur....pour faire avancer la réflexion globale vers la meilleure solution qui se doit de tenir compte de calculs de rentabilité prévisionnels crédibles

Gilles06 27/11/2013 20:16

Bonjour

Le Montgenèvre et la Ligne du Cheval Blanc sont considérés comme les grands axes du désenclavement des Hautes Alpes et Alpes de Haute Provence, mais sont-ils si pertinents que cela que cela ? Ces deux infos ne vont pas plaider en leur faveur.

Début novembre 2013 le Conseil Général des Alpes de Haute Provence a décidé de privilégier l’option routière à l’option ferroviaire pour désenclaver Digne les Bains. Cela reporte aux calendes grecques la réouverture de la ligne entre Digne – St Auban appelée « Val de Durance » C’est une décision fort regrettable. Ce tronçon permettait jusqu’en 1989 à la ligne Nice Digne exploitée par les Chemins de Fer de Provence d’être connectée au réseau SNCF afin de relier Nice à Lyon, Briançon, Grenoble ou Genève (avec connexion rapide à Digne).

Autre point le Conseil Général des Hautes Alpes est en train d’organiser une pétition en ligne afin de réactiver le projet d’Autoroute A51, et ça non plus ce n’est pas une bonne nouvelle pour les Alpes Provençales.

Les projets de la Ligne du Cheval Blanc, de la Virgule d’Avignon et du Tunnel du Montgenèvre sont certes très bien pour relier les Alpes Provençales au Vaucluse, Bouches du Rhône ou au Piémont, mais rien d’autre. En revanche pour faire venir des TGV depuis Lyon et Paris et le nord de la France vers les Alpes Provençales leurs performances sont loin d’être optimales et ne garantissent en rien la venue de TGV dans ces deux départements. Cela offre un boulevard au transport routier faute d’avoir des alternatives ferroviaires crédibles et performantes pour les Hautes Alpes et Alpes de Haute Provence.

Avec une NLF Lyon-Grenoble-Nice (soi ligne mixte soi LGV) on met un frein à l’expansionnisme autoroutier dans les Alpes Provençales et même Dauphinoises et on garantit à Digne les Bains que des TGV viendront s’y arrêter régulièrement vue que l’on positionne les départements des Hautes Alpes et Alpes de Haute Provence entre Nice, la 5ème ville de France au sud-est, et Lyon et Paris, respectivement, 3ème et 1ère ville de France au nord-ouest. Digne et Gap se trouveraient à moins d’1 heure de Grenoble et Nice, à moins d’1h30 de Lyon et à moins de 3 heures de Paris. Même pour Paris Briançon l’option via le Montgenèvre est moins rapide que par la NLF Lyon-Grenoble-Nice, toutes options confondues. La NLF Lyon-Grenoble-Nice peut garantir un désenclavement optimal pour les Hautes Alpes et Alpes de Haute Provence.

Cordialement

À propos
NOSTERPACA agit en faveur de transports publics fiables, performants, efficaces en Région Provence Alpes Côte d'Azur. Association loi 1901 n° W 133014919 .