Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Nouvelle liaison Lyon-Turin : nouvelle procédure judiciaire

La voix de NOSTERPACA

 Pour les opposants au projet de la seconde liaison ferroviaire Lyon-Turin, "tout cela commence à poser de vrais problèmes" .....

tout cela commence à poser de vrais problèmes

Gilles06 19/10/2013 12:52

Bonjour

Voilà un projet purement technocratique et inutile au niveau des infrastructures ferroviaires, la LGV Lyon Turin, dite la « Transalpine ». C’est juste une histoire de prestige, rien d’autre. Pourtant étant favorable à ce que l’on privilégie le transport ferroviaire au routier, ce projet au même titre que la LGV PACA ou « Métropoles du Sud » ne répond pas aux carences ferroviaires que rencontrent les Alpes du Sud de Grenoble à Nice. Au contraire, avec la « Transalpine », on comme avec la « Métropoles du Sud », on aura l’effet inverse de l’objectif prétendu. Ce n’est pas en empilant une ligne sur une autre que l’on peut répondre à un tel objectif. Moderniser l’actuelle ligne de la Maurienne est largement suffisante, et en plus elle est loin d’être à saturation.

Même avec la percée du Montgenèvre, dont on a trop tendance à s’aveugler sur l’effet miracle en faisant miroiter que c’est l’outil majeur pour le désenclavement pour les Haute Alpes et les Alpes de Haute Provence, avec pleins des TGV venus du reste de la France, on n’est même pas garanti que l’effet « Transalpine » bénéficie tant à ces départements, et ce n’est pas une vision étriquée, bien au contraire c’est voir de manière plus globale avec du recul. Le Tunnel du Montgenèvre est utile uniquement pour les TER entre le Piémont et les Hautes Alpes et Alpes de Haute Provence et rien d’autre. Il y a bien mieux que le Montgenèvre et la « Transalpine » pour désenclaver en profondeur les Hautes Alpes, et les Alpes de Haute Provence, en particulier une liaison ferroviaire rapide Paris-Lyon-Grenoble-Nice, dommage que l’on a trop tendance à oublier ou négliger cela, à commencer par les promoteurs de la LGV PACA.

A cause de la « Transalpine », au même titre que la « Métropoles du Sud », la liaison ferroviaire entre Nice et Turin (via Breil sur Roya et Cuneo) risque d’être tout simplement sacrifiée par la région Piémont qui prétend qu’elle est trop coûteuse, mais c’est l’hôpital psychiatrique qui se moque de la charité !!! Pourtant, financièrement ça coûterait beaucoup moins cher à moderniser la liaison de la Roya en l’électrifiant et en la convertissant en double voie à la place de cette « Transalpine ». On pourrait créer une liaison européenne allant de Nice à la l’Allemagne du Nord et la Scandinavie, celle-ci serait bien plus plébiscitée par les Piémontais que l’est la « Transalpine ». Avec une telle modernisation de la ligne de la Roya, Nice ne se retrouverait plus qu’à 2 heures de Turin, au lieu des 5h30 pour 200KM de parcours, et une menace de fermeture en prime, d’où l’indécence totale de financer la « Transalpine ». D’autres lignes ferroviaires au Piémont et en Ligurie risquent d’être sacrifiées pour ce projet purement voulu par les industriels, mais pas par les citoyens. Même la ville de Gênes aurait pu être favorisée par la « Transalpine », or il n’en n’est rien, on a préféré prolonger vers Milan pour aller vers Rome, pourtant bien plus long et coûteux. On le sait pourtant bien que passer par Gênes depuis Turin est le moyen le plus court pour aller de Paris vers Rome, encore une anomalie de plus pour la « Transalpine ».

La « Transalpine» n’est même pas pertinente pour aller de Paris à Turin et Milan, une option par le Valais et le Val d’Aoste aurait été moins cher et plus direct pour dissuader les usagers de prendre l’avion.

Aussi de ne pas avoir choisi un tracé par Grenoble, Briançon et Montgenèvre est une erreur monumentale de ce projet, de même qu’un prolongement de la « Transalpine » entre Turin et Nice, avec de telles négligences ce projet ne profite à personne dans les Alpes du Sud de Grenoble à Nice.

Quant au corridor Lisbonne Kiev, il aurait été plus court au niveau kilomètres de passer par Nice et faire une LGV Nice-Turin moins coûteuse en tunnel que l’est la « Transalpine », les Italiens l’ont compris, mais nous Français on est complètement à côté de la plaque !!! Cette LGV Nice Turin, aurait à la fois pu limiter le discrédit des deux projets « Transalpine » et « Métropoles du Sud ». Pour la « Métropoles du Sud », elle aurait permis de relier Marseille à Turin en moins de 2h30 par Toulon et Nice. Pour la « Transalpine » la desserte de Nice aurait permis à avoir plus de TGV venus de France, or là on peut douter à juste titre qu’il y ait un si grand nombre de TGV qui y circuleront. Enfin, pour le Montgenèvre, cela aurait au moins permis à ce que Nice puisse être rapidement accessible depuis Briançon et Gap par la « Transalpine », et on sait que les nombreux déplacements par voiture entre les Hautes Alpes et Nice passent par le Piémont et la Roya, avec un prolongement vers Nice de la « Transalpine aurait optimisée davantage les chances du Montgenèvre. Une LGV Nice Turin aurait pu rendre la « Transalpine » bien plus crédible et défendable qu’elle l’est actuellement. Mais même avec un prolongement vers Nice, est ce que la « Transalpine » aurait-elle tant été crédible ? Pas tant que cela, comme pour la « Métropoles du Sud », la « Transalpine » n’aurait pas dissuadé les usagers de prendre l’avion entre Paris et Nice. Elle n’aurait été utile juste pour relier Nice à Turin en moins d’1 heures, mais on peut se contenter d’une revalorisation et remise à niveau de la ligne de la Roya, ce serait déjà un immense progrès.

Il aurait été préférable pour ce prix-là, et pour bien moins cher, de réaliser une liaison ferroviaire rapide Paris-Lyon-Grenoble-Nice bien plus utile pour désenclaver l’ensemble des Alpes du Sud avec une plus grande garantie que cela soit rentable à long terme, par rapport à la « Transalpine ». Cette ligne aurait eu beaucoup plus de trafic ferroviaire grâce au transfert d’une bonne du trafic grandes lignes au départ de Nice, principalement vers Lyon et Paris, qui normalement circule sur la ligne Nice-Marseille et la Vallée du Rhône, or ces itinéraires rallonge le temps de parcours de 170KM, voire plus. Il serait temps que les décideurs politiques et économiques des Hautes Alpes, des Alpes de Haute Provence, de l’Isère, des Alpes Maritimes et du Rhône, de la PACA et Rhône Alpes, et même nationaux se mettent ensemble, avec même une collaboration des acteurs politiques et économiques des Pays de Savoie, de Monaco, de Genève et de la Ligurie afin de soutenir ce projet de ligne Paris-Lyon-Grenoble-Nice, au moins cela rendrait un immense service à l’ensemble des Alpes du Sud, avec, en prime, des créations d’emplois garanties, et un impact socio économique bien plus aplifié par rapport à la « Transalpine » ou « Métropoles du Sud ».

À propos
NOSTERPACA agit en faveur de transports publics fiables, performants, efficaces en Région Provence Alpes Côte d'Azur. Association loi 1901 n° W 133014919 .